Archive

Monthly Archives: April 2009

Vu les excès de la veille, c’est donc la tête bien à l’envers que je rejoins notre petite troupe… Et là, curieusement, tout l’alcool ingurgité la nuit précedente semble avoir motivé nos jeunes British !

On commence par se rendre aux stairs de Schuman mais le mood était plutôt au curb ce jour-là et le seul trick rentré fut ce gay 50 par John Winter

dsc_18631

Ensuite, on se dirige tranquillement vers les curbs près de Madou… Ayant rentré ce qui allait être son seul trick de la journée, John fait tout son possible sur la route pour essayer de gâcher mes photos…

dsc_1871

dsc_1870

C’est à ce spot que débuta sérieusement la session, le tout sous les bonnes vibes sonores de la nouvelle acquisition de Geoff…

Sam: lipslide 5/0 revert…

sam_comborevert

Sam again: la même chose mais en shovit !

sam_comboshovit

Sam une dernière fois en nosegrind pop out pour la route…

dsc_2046

Well done Sam !

dsc_1898

Un peu de repos avant de partir faire du shopping à  la rue Neuve

dsc_1889

Une fois là-bas, nous avons la preuve irréfutable que Moses est toujours bien vivant ! Très belle variante de son légendaire “Moses flip” !

dsc_2095

Oli reste très discret mais se permet de jolis front crook

dsc_21181

Sam nous filme une très belle ligne. Le premier trick est un nollie nosegrind tout en douceur et il la termine par ce beau ollie par dessus le banc pour se poser en back tail revert !

sam_olliebstailrevert

Pendant tout ce temps, Youssef s’entraîna pour le “trick of the day”. Il l’a mis mais je l’ai loupé et vous montre quand-même un de ses essais les plus proches ! Le game of “Youssef’s bottle” est né !

youssef_bottlegame

Sur la route du retour, en bon vieil Anglais qu’il est, Ali n’a pas su résisté à ce mur bien dégueu que personne n’avait remarqué ! Wallride bien rad sous les yeux bienveillant de Rich. J’adore ces English !

dsc_2471

Xav

Il y a environ un mois (je sais, j’suis pas toujours des plus rapides), John eut la bonne idée d’inviter quelques uns de ses amis british afin de venir skater notre chère et tendre capitale.

Samedi, le rendez-vous fut donné au Q.G. Wheelbite, c’est-à-dire l’ING. Ca a flatouillé ferme et on pouvait deviner le niveau de nos ôtes mais on ne peut pas dire que ce fut un grand jour d’inspiration pour eux…

Aussi, je ne peux vous fournir que quelques photos de Romario et Gilles s’amusant à faire un peu n’importe quoi sur notre plan incliné improvisé

gilles

romario

gilles_gamelle

Heureusement, notre rockeur carolo national était de la partie et l’on pouvait déjà deviner que le backside flip se préparait à être le trick du jour…

jt_bsflip1_trone

jt_bsflip2_trone

Après ça, la troupe prit la direction du double set…

Pendant que certains s’amusaient à commenter…

chill

Nos English tentèrent du bien tech mais Big Up à JT qui fut le seul à rentrer son trick…. Backside flip en caressant le landing à la replaque

jt_bsflip

jt_bsflip

Ensuite, nous prîmes la direction de la CEE mais malgré leurs efforts, rien n’y fit et la session termina sans autre point d’orgue que le backside flip ci-dessus.

Pour oublier tout ça, rien de tel qu’une bonne soirée en ville entre potes… Nous nous sommes retrouvés vers minuit en ville. Je ne me souviens pas de tout mais ce que je sais, c’est qu’après  les avoir perdu, j’ai terminé vers 3-4 heures dans un appart près de Flagey et que là, surprise, il restait quelques bons vieux ivrognes à danser au milieu de rien…. Ces Anglais quand-même !

La nuit termina tranquillement et vu la fête, j’étais sûr qu’on allait tous en rester là pour le dimanche….

Mais c’était sans compter sur les gênes de nos amis anglais ! C’est en fait à cette soirée que le week-end a vraiment commencé pour eux…

FRANCAIS:

Pas un mot, pas une explication, aucune allusion nulle part dans les articles… Comme s’il en avait toujours été ainsi…

Au début, je n’ai pas trop voulu y croire. Et puis, quand j’ai bien dû me rendre à l’évidence que ce wood n°3 était 100% nederlandstalig, j’ai immédiatement été dégoûté et mon premier réflexe a été de vouloir le balancer. (Mal)heureusement, je suis tombé sur la page “ten reasons” (en anglais svp…) dédiée au plus grand skateur gay de tous les temps, à savoir John Winter. Et c’est uniquement grâce à lui que ce magazine ne s’est pas tout de suite retrouvé à la poubelle.

Quand on regarde la scène skate belge actuelle, c’est vrai que presque tout se passe en Flandre: les 3/4 des parks se situent chez eux, le niveau est globalement bien meilleur au nord qu’au sud, le champion d’Europe est flamand,… Mais malgré tout cela, j’avais toujours cru que nous formions un petit monde à part dans lequel toutes ces considérations (langue, niveau, argent,…) n’avaient aucune importance car notre seul amour du skate suffisait à les dépasser.

Le Staff du Schief Zine étant exclusivement francophone, au moment de sa création et en réfléchissant à notre petite scène bruxelloise, il n’y avait presque aucune raison de le faire bilingue: à Bruxelles, tout le monde parle (ou se débrouille en) Français, ça prend deux fois plus d’espace (donc de papier) et surtout, il faut trouver des personnes assez gentilles que pour travailler bénévolement et perdre des heures à traduire  des textes qui ne seront lus que par une minorité de gens! Malgré toutes ces bonnes raisons de ne s’en tenir uniquement au Français, l’esprit d’unité et le refus d’appartenance communautaire ont pris le pas sur la facilité.

Alors voilà, sans doute que le staff du Wood a de bonnes raisons de ne plus vouloir s’adresser à ses lecteurs francophones… Mais en se refusant à commenter leur décision, toutes les hypothèses peuvent être imaginées… Je suis peut-être trop gagné par cette infernale guerre communautaire malheureusement trop à la mode ces derniers temps mais là, j’ai bien du mal à en trouver de valables…

En tout cas, c’est bien la première fois de ma vie que je suis content de ne pas être un tout bon skateur car je ne sais vraiment pas comment j’aurais réagi la prochaine fois que le Wood m’aurait contacté.

Je voudrais dès lors terminer en remerciant sincèrement Val, Tom “Zekers”, Gert et Stefan. Ils ont passé des heures et des heures à traduire notre petit zine et tout ça pour pas un balle, à peine pour un merci (j’suis même pas sûr qu’on leur a dit “bedankt”). C’est donc grâce à eux que ce magazine est bilingue et là, maintenant, je me rends compte à quel point on leur en est redevable. Encore merci les gars !

En espérant que le skate continue encore longtemps à rassembler ceux que le monde pourrait diviser…

Xav

NEDERLANDS:

Geen woord, geen uitleg, geen enkele verwijzing ernaar in de artikels… Alsof het altijd al zo geweest was…
In het begin wou ik het niet echt geloven. En dan, wanneer het als een paal boven water stond dat Wood n°3 voor 100% Nederlandstalig was, was ik direct gedegouteerd en was het magazine weggooien m’n eerste reflex. (On)gelukkig viel m’n blik op de pagina “ten reasons” (in het Engels alstublieft…) geweid aan de gayste  skater aller tijden, John Winter. En het is enkel dankzij hem dat het magazine niet onmiddellijk in de vuilbak lag.

Wanneer men de Belgische skate-scene van vandaag onder de loep neemt, dan is het juist dat bijna alles zich afspeelt in Vlaanderen: 3/4 van de parken bevinden er zich, het niveau is in ‘t algemeen een stuk hoger dan in ‘t Zuiden van het land, de Europese kampioen is een Vlaming,… Maar ondanks dat alles heb ik steeds geloofd dat het skaten een klein, apart wereldje vormde waarin dergelijke overwegingen (taal, niveau, geld, …) van geen belang waren omdat onze voorliefde voor het skaten voldoende was om dat alles achter ons te laten.

De staff van Schief Zine is uitsluitend Franstalig en wanneer het magazine opgericht werd en er over onze kleine Brusselse scene nagedacht werd, was er bijna geen enkele reden om het in twee talen te doen: in Brussel spreekt iedereen Frans (of trekt vlot z’n plan), het neemt twee keer zoveel plaats (en dus papier) in beslag en je moet vooral mensen vinden die vriendelijk genoeg zijn om vrijwillig te werken en uren te verliezen met het vertalen van teksten die maar door een minderheid gelezen zullen worden!
Ondanks al deze gegronde redenen om de zaken strikt Frans te houden, hebben de geest van samenhorigheid en het weigeren van communautaire indelingen de bovenhand gehaald op gemakzucht.

Nu, de staff van Wood heeft ongetwijfeld goede redenen om zich niet langer tot z’n Franstalige lezers te willen richten…
Maar door geen uitleg te geven bij hun beslissing, kan men zich alle hypotheses indenken… Ik zit misschien te diep in m’n maag met die helse communautaire oorlog die de laatste tijd spijtig genoeg teveel in de mode is, maar ik vind hiervoor moeilijk een aanvaardbare uitleg…

In ieder geval, het is de eerste keer in m’n leven dat ik blij ben niet zo’n goeie skater te zijn, want ik weet niet hoe ik gereageerd zou hebben de volgende keer dat Wood me gecontacteerd zou hebben.

Ik zou dit willen beëindigen met een hartelijk dankuwel aan Val, Tom “Zekers”, Gert et Stephane. Ze zijn uren bezig geweest met het vertalen van ons zine, en dat alles voor geen cent, amper voor een dank u (ik weet zelfs niet meer of we nu “merci” gezegd hebben). Het is dus dankzij hun dat dit magazine tweetalig is, en nu besef ik pas hoe erkentelijk we hun moeten zijn. Nog eens bedankt hé!

Hopend dat het skaten er nog lang in slaagt diegenen bijeen te brengen die de wereld zou kunnen verdelen…

Xav